Une entreprise qui met à votre disposition son savoir-faire pour intervenir rapidement sur vos canalisations de type curage, assainissement, débouchage, dégorgement, pompage, vidange, plomberie. Nous sommes équipés de plusieurs types de caméras d'inspection afin de pouvoir  inspecter tout types de canalisations (petite ou grande) pour évaluer la quantité de tartre dans vos canalisations.

Nous intervenons rapidement : dans les deux heures qui suivent votre appel nous intervenons pour le débouchage des canalisations des installations que ce soit collectives dans les immeubles, copropiété, indiustriels, particuliers, nous sommes agréés par les syndics. Nous mettons en place le débouchage par un curage des canalisations, après une inspection par caméra vidéo.
tel 01 41 81 39 98

Nous sommes à votre écoute au 01 41 81 39 98 pour plus d’information.

Pour tout problème de canalisation, de plomberie nous intervenons rapidement dans tout Paris (75) 

Un seul numéro pour vos urgences 01 41 81 39 98

Notre exigence et notre expérience dans la canalisation et sanitaire s’appuient sur deux points importants pour nous. La rapidité. Une équipe de plombier qui intervient dans les 2 heures qui suivent votre appel.
La confiance. Un service de dépannage canalisation vous conseil sur ce qu'il faut vraiment changer pour réparer votre panne de plomberie.

 

 

la gouttière. Celui-ci, exprimé en mm, corres­pond à la largeur dépliée de la gouttière. On trouve dans le commerce des corniches constituées de plusieurs éléments préfabri- quéas en béton moulé assemblés entre eux au mortier (fig. 9.5). Ces éléments sont mis en place au sommet des murs de façade.

Outre leur aspect décoratif, ils servent éga­lement de coffrage au chaînage horizontal supérieur. Celui-ci peut remplir entièrement la corniche ou une partie seulement. Le reste sert à dissimuler la gouttière (fig. 9.6). Les gouttières métalliques

entre éléments sont à positionner à 5 cm au minimum des crochets de fixation. Pour les longueurs supérieures à 10 mètres, il faut utiliser des assemblages coulissants (talon à double besace, naissance à joint, joints de dilatation).

 

■ Un chéneau 02> est un conduit en pierre, en béton ou métallique, de dimensions généra­lement supérieures à celles d'une gouttière. Le chéneau est peu employé en maison indi­viduelle. Il est surtout réservé aux bâtiments industriels.

 

La figure 9.7 représente un chéneau en zinc réalisé sur une corniche. On appelle chéneau encaissé un chéneau qui est disposé entre deux pans de toiture ou entre un mur et un versant.

 

9.3 LES TUYAUX DE DESCENTE

 

■ Le tuyau de descente, appelé couramment « descente », est une canalisation verticale de section circulaire ou rectangulaire destinée à récupérer les eaux collectées par la gouttière ou le chéneau pour les évacuer au niveau du sol. Les tuyaux de descente sont métalliques ou en PVC. Le matériau employé doit être de préférence identique à celui des gouttières de manière à faciliter les raccordements et à éviter les inconvénients dus aux dilatations différentielles. La mise en place d'un tuyau de descente nécessite l'emploi de divers rac­cords (manchons, culottes, coudes, cuvettes de branchement...).

 

Une autre solution consiste à remplacer le tuyau de descente par une chaîne tendue  

 

 

• POUR EN SAVOIR PLUS •

  DTU 60.11 : Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et des installations d'évacuation des eaux pluviales.

  DTU 40.5 : Travaux d'évacuation des eaux pluviales.

DTU 60.32 : Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifié. Évacuation des eaux pluviales.

  DTU 60.2 : Canalisations en fonte. Évacuations d'eaux usées, d'eaux pluviales et d'eaux vannes.

acier galvanisé. Le haut de la chaîne est fixé dans une naissance à moignon tronconique et le bas dans le regard enterré d'évacuation. Ce dispositif est efficace par temps pluvieux/ modéré mais il peut occasionner des salis­sures sur les façades en cas crie fortes pluies accompagnées de vents.

 

9L4LA RÉCUPÉRATION DES EAUX PLUVIALES

 

■ La récupération des eaux de pluie permet de réduire la consommation d'eau potable.

 

Les eaux de pluie peuvent servir à arroser le jardin, à laver la voiture et également à alimen­ter le lave-linge et la chasse d'eau des WC. L'arrêté du 21 août 2008 (voir page 124) réglemente la récupération et l'utilisation de eau de pluie à l'intérieur et à l'extérieur des habitations.

 

1 - Le stockage de l'eau

 

■ La quantité d'eau à récupérer, l'utilisation prévue de cette eau, la place dont on dispose ainsi que le coût des travaux sont des para­mètres déterminants pour choisir le mode de stockage le plus approprié.

 

 

sert essentiellement à l'arrosage des plantations ;

 

► le réservoir intérieur apparent mis en

 

place dans une cave, un garage ou un vide sanitaire accessible et de hauteur suffisante. Le réservoir peut être rigide en polyéthylène ou souple en polyester renforcé. Ce dernier modèle ne néces­site pas, du fait de son élasticité, d'être vidangé en hiver. L'eau stockée peut servir à l'arrosage des plantations et éventuellement à alimenter le WC et le lave-linge ;

 

► la cuve extérieure enterrée recouverte environ d'un mètre de terre pour évi­ter que l'eau stockée ne gèle en hiver. La cuve est en polyéthylène ou en béton et sa capacité de stockage peut être importante, jusqu'à 6000 litres (fig. 9.9). L'eau stockée peut être utili­sée pour l'arrosage des plantations ou servir à l'intérieur de l'habitation.