Une Societe qui met à votre disposition pour intervenir rapidement avec un équipement de professionnel  pour le dégorgement de Canalisation ,Curage canalisation, Débouchage canalisation , Dégorgement de colone, Pompage de fosse septique, Vidange fosse, des Plombier Disponible sur votre secteur.

L'assainissement est notre metier

Nous sommes équipés de plusieurs types de caméras d'inspection afin de pouvoir  inspecter tout types de canalisations (petite ou grande) pour évaluer la quantité de tartre dans vos canalisations.

 

Nous intervenons rapidement : dans les 2 heures qui suivent votre appel nous intervenons pour le débouchage des canalisations des installations que ce soit collectives dans les immeubles, copropiété, indiustriels, particuliers, nous sommes agréés par les syndics. Nous mettons en place le débouchage par un curage des canalisations, après une inspection par caméra vidéo.
Tel 01 41 81 39 98


Nous sommes à votre écoute au TEL 01 41 81 39 98 pour plus d’information.

Pour tout problème de canalisation, de plomberie , nous intervenons rapidement dans le Val d'Oise (95) :

Débouchage canalisation Argenteuil, Arnouville les Gonesse, débouchage canalisation Beauchamp, Cergy-Pontoise, Cormeilles en Parisis, Deuil la Barre, Domont, Eaubonne, Enghien les Bains, Eragny, Ermont, Franconville, Garges lès Gonesse, Gonesse, Goussainville, Herblay, Jouy le Moutier, débouchage canalisation Montigny les Cormeilles, Montmorency, Osny, Pontoise, Saint Ouen l'Aumône, Sannois, Sarcelles, débouchage canalisation Soisy sous Montmorency, Taverny, Villiers le Bel 

Un seul numéro pour vos urgences TEL  01 41 81 39 98

Notre exigence et notre expérience dans la canalisation et sanitaire s’appuient sur deux points importants pour nous. La rapidité. Une équipe de plombier qui intervient dans les 2 heures qui suivent votre appel.
La confiance. Un service de dépannage canalisation vous conseil sur ce qu'il faut vraiment changer pour réparer votre panne de plomberie.

La marque NF garantit :

• Que les appareils sont réalisés dans un matériau ayant les qualités correspondant à un usage sanitaire normal, c'est-à-dire résistant aux produits de nettoyage réservés è cet effet ;

• Que les appareils suspendus ont la solidité requise pour l'usage auquel ils sont destinés ;

• Que les appareils ont des dimensions et des cotes qui permettent d'une part leur raccorde­ment avec la robinetterie d'alimentation et de vidage, et d'autre part leur remplacement ;

• Que l'ensemble cuvette et réservoir équipé répond aux contraintes :

-        de protection du réseau d'eau potable (pas de retour d'eau) ;

-        de lutte contre le bruit (robinets certifiés NF) :

-        d'efficacité (évacuation, rinçage des parois) ;

-        d'hygiène (absence d'éclaboussures) ;

-        d'économie d'eau lorsqu'un mécanisme économiseur d'eau est installé.

• Que les parois de douche sont certifiées conformes pour les caractéristiques suivantes :

-        La facilité de nettoyage : tous les volumes sont accessibles ;

-        l'étanchéité au jet d'eau ;

-        l'endurance à 30 000 cycles d'ouverture et de fermeture des portes ;

-        la sécurité : absence de cassure et de déboîtement en cas de choc contre la paroi (verre de sécurité).




5.2 LE LAVABO________________

■ Les lavabos dont il existe une très grande variété de formes sont le plus souvent fabri­qués en porcelaine. Suivant leur forme et leur mode de fixation, on distingue (fig. 5.2) :

le lavabo suspendu, fixé à la paroi à l'aide de consoles ou de tiges filetées scellées. Le mode de fixation doit être adapté à la nature de la paroi (béton, briques creuses, plaques de plâtre...). Ce type de lavabo libère l'espace au-des­sous de lui et - autre avantage - il peut être posé à la hauteur voulue. Certains modèles peuvent être équipés d'un cache-siphon qui dissimule le siphon et les canalisations d'eau ;

le lavabo colonne, le plus souvent un lavabo suspendu dont le pied central évidé (la colonne) sert à dissimuler les canalisations. La colonne est générale­ment associée au style du lavabo ;

le lavabo console ou lavabo sur pieds, fixé à la paroi et soutenu à l'avant par deux pieds en céramique ou en métal ;

le lave-mains, un petit lavabo souvent installé dans les toilettes.

■ Les vasques sont de plus en plus présentes dans les salles de bains. De forme rectangu­laire. carrée, ovale ou ronde, elles sont fabri­quées dans les matériaux les plus divers : porcelaine, résine, verre trempé, marbre, granit...

Il existe quatre types de vasques :

la vasque à poser directement sur le plan de toilette ou sur le dessus d'un meuble ;

la vasque à encastrer par dessus. Elle est intégrée dans le plan de toilette préalablement découpé. Une fois posée, elle déborde légèrement de celui-ci ;

la vasque à encastrer par dessous : elle est fixée sous le plan de toilette. Une fois posée, celui-ci ne présente aucune surépaisseur ;

le plan vasque est un plan de toilette avec vasque intégrée. L'ensemble ne constitue qu'une seule pièce supprimant ainsi tout risque d'infiltration d'eau entre la vasque et le plan.

 

■ Le bidet, petite cuvette destinée aux ablu­tions intimes est de moins en moins présent dans les salles de bain. On distingue les bidets à poser (sur pieds), les bidets suspendus et les bidets escamotables (pour les petites sal­les de bains).

5.3 LE WC

1 - Le WC à l'anglaise

Le WC à l'anglaise comprend généralement (fig. 5.3) :

► une cuvette en porcelaine ;

 

Celui-ci se fait par l'intermédiaire d'une pipe de raccordement. Le réservoir d'eau est fixé à la cuvette. Cet ensemble lorsqu'il est commer­cialisé sous un même emballage est appelé pack WC.

■ Le WC suspendu nécessite le plus souvent l'installation d'un bâti-support métallique pour fixer la cuvette. Le réservoir d'eau est inséré dans le bâti et l'ensemble peut être adossé à un mur, intégré dans une cloison ou caché derrière une paroi.

 

2   - Le WC à broyeur

Le WC à broyeur ou broyeur est un WC

équipé d'un appareil électrique destiné à réduire les déjections en fines particules pour les évacuer sous pression dans une tuyau­terie de faible diamètre (3 à 4 cm). Celle-ci est reliée au réseau d'évacuation des eaux vannes de l'habitation.

L'installation d'un WC à broyeur est inter­dite dans les habitations neuves. Dans les constructions existantes, elle est tolérée lorsqu'il n'est pas possible d'installer un WC classique (absence d'évacuation de fort dia­mètre, impossibilité de rejoindre une chute trop éloignée...).

Deux types d'appareils sont actuellement commercialisés :

* le broyeur indépendant qui s'adapte sur la sortie horizontale d'une cuvette ordinaire ;

► le broyeur intégré dans une cuvette spéciale.

3   - Le WC chimique

   Le WC chimique est une toilette compacte portative équipée de deux réservoirs, l'un est réservé aux matières et l'autre contient de l'eau pour la chasse d'eau intégrée. Ce type de WC nécessite l'emploi de produits chimi­ques qui neutralisent les odeurs, réduisent la formation des gaz et liquéfient les matières fécales et le papier toilette. Le réservoir de matières doit être vidé dans une toilette clas­sique ou dans un endroit spécialement amé­nagé à cet effet (sur un terrain de camping ou dans un port de plaisance),

4    - La toilette sèche

    Les toilettes sèches appelées aussi toi­lettes écologiques n'utilisent pas d'eau et permettent de récupérer les matières féca­les pour les transformer notamment en compost.

La réglementation autorise, à titre déroga­toire (arrêté du 11/07/08). l'emploi de toilet­tes sèches à condition qu'elles ne génèrent pas de nuisance pour les voisins et qu'elles ne soient à l'origine d'aucun rejet liquide en dehors de la parcelle. D'autre part, elles ne doivent pas polluer les eaux souterraines ou superficielles.

    On distingue deux principaux types de toilettes sèches :

les toilettes à compost qui traitent en commun les urines et les matières fécales ;

les toilettes à séparation qui les traitent séparément.

   Dans les toilettes à compost les urines, les matières fécales et le papier sont collectés dans un même réceptacle étanche. Après chaque passage, les déjections doivent être recouvertes d'une litière constituée d'un mélange de sciure et de copeaux de bois. Cet apport de matière carbonée supprime toute odeur, absorbe l'urine et favorise le proces­sus naturel de décomposition des matières organiques. Ce mélange doit être déversé régulièrement sur une aire de compostage où il se transforme lentement en un compost pouvant être utilisé comme engrais.

Il existe plusieurs modèles de toilettes à compost qui se différencient essentiellement par leur capacité de stockage :

la toilette à faible capacité appelée aussi toilette à litière bio-maîtrisée (TLB) comprend un petit meuble ren­fermant un seau d'une contenance de 15 à 20 litres (fig. 5.5). Les matières recueillies doivent, au-delà de quelques jours, être répandues sur une aire pré­vue à cet effet pour que le processus de compostage commence. C'est le modèle de toilette à compost le plus couramment utilisé par les particuliers car il est peu onéreux et également simple à réaliser soi-même. ;

 

la toilette à gros volume de stockage recueille les matières dans une cuve de grande capacité (de 100 à 300 litres.